mardi 29 novembre 2016

Vers une alimentation naturelle pour mon chien et mon chat : 2- Pourquoi j'ai choisi cette voie ?

Qu'il est long et difficile le chemin vers le changement...
J'aurai mis le temps à revenir vous parler de ce sujet.
Tout simplement parce que j'ai mis le temps à enclencher concrètement la machine.
Mais nous y voilà !

Comme je vous le disais lors d'un précédent article,
ce sont des problèmes de santé dus à l'alimentation, autant sur mes animaux que sur moi,
qui m'ont poussée à envisager de modifier mon comportement et mes habitudes.

Nous étions tous victimes de la malbouffe et des pièges de la nourriture industrielle.
Et si le naturel est bon pour moi, forcément, il est bon pour mes animaux aussi.
Pour réussir à franchir ce cap pour moi-même, je crois que de toute façon
j'avais besoin de cohérence dans ma démarche.

Il y a beaucoup à dire sur le sujet.
Il y a d'ailleurs beaucoup de livres et autres études à lire pour qui s'y intéresse.
(je vous ferais une petite bibliographie de ce que j'ai lu à la fin de cette série d'articles)
Je ne prétends pas vous faire ici le détail exhaustif de tout ces contenus.
Je ne me propose pas non plus de vous faire une étude scientifique irréfutable
sur la bonne manière de faire les choses ou pas.
Je ne suis ni spécialiste en nutrition, ni vétérinaire.
Je n'ouvre pas spécialement de débat sur le sujet non plus, bien que je sois bien-sûr
toujours ravie d'avoir votre retour sur ce que j'écris.


Simplement, j'ai dans l'idée de partager avec vous mon expérience personnelle,
la synthèse que j'ai faite de mes lectures et ma documentation.
Vous faire, en somme, part de mon avis sur la question et également
vous inviter à suivre mon avancée vers ce nouveau mode de vie si le coeur vous en dit !

PÂTÉE, CROQUETTES ET GRIGNOTAGES

Au départ, quand on se penche sur la question de l'alimentation de notre animal,
la chose qui nous questionne le plus c'est de savoir si on va lui donner
des croquettes ou de la pâtée.
Certains, pour bien faire, font même carrément les deux.
C'est en tout cas ce que j'ai pu constater lors de mon stage en cabinet vétérinaire.
La pâtée étant en quelques sorte la "friandise" en plus pour faire plaisir.
Ce que j'ai malheureusement pu constater aussi lors de ce stage,
c'est que la plupart des animaux étaient en surpoids
Au grand étonnement de leurs propriétaires d'ailleurs.
Il apparaît que la plupart des gens donne beaucoup plus que la dose de nourriture
recommandée par le fabriquant.
Pas consciemment bien-sûr. Ils ne pèsent simplement pas les quantités.
Et puis il y a aussi la pâtée friandise du soir et parfois les "à coté" distribués dans la journée.
Par ailleurs, l'alimentation industrielle animale (tout comme la notre) est "enrichie"
en substances et autres excipients appétants, qui motivent l'animal à manger.
Pour finir, la nourriture sèche permet de laisser l'alimentation en libre service pour l'animal.
Celui-ci peut alors venir grignoter tout au long de la journée.
Il perd alors la notion de faim qu'il devrait ressentir ce qui dérègle encore plus sa capacité
à arrêter de manger lorsqu'il est rassasié.
Un peu comme nous en fait, surtout avec le sucre.

L'obésité animale prend les mêmes proportions que l'obésité humaine. Entretenue par la nourriture industrielle, dont le leitmotiv est
VENDRE et FAIRE DES BÉNÉFICES
même au détriment de notre santé et de notre équilibre.
Et avec elle, bon nombre de maladies chroniques dont les chiens étaient jusque là épargnés,
telles que le diabète, dont je souffre maintenant moi même et qui
il y a 60 ans n'existait pas chez les animaux.

Pour ma part j'avais opté pour les croquettes.
Beaucoup plus pratiques pour ce qui est du transport et de la conservation.
Ajoutez à ça les friandises canines industrielles réservées aux récompenses éducatives et évidemment, soyons honnête quelques "à coté"
 (Avril adOoore le fromage et c'est dur de résister à sa bouille d'amour).


C'est ainsi que je me suis donc retrouvée face à mon premier soucis :
la SURALIMENTATION qui débouche bien sûr sur le SURPOIDS
Nos animaux ne mangent plus seulement par faim.
Ils mangent par gourmandise, par jeu, par ennui... Comme nous !
Et nous les encourageons largement dans ces débordements.
Voilà bien une chose qu'on peut mettre en parallèle avec nous.
(En tout cas pour ma part je ne connais que trop bien le problème)

Avez-vous pu constater comme moi que votre chat mange plus quand vous êtes là ?
Elliot mange dès qu'on va dans la cuisine, là où se trouve ses gamelles.
J'étais curieuse de comprendre pourquoi.
Il semblerait que ce soit une façon d'attirer l'attention. De chercher le contact avec nous.
La recommandation du vétérinaire : JOUER AVEC VOTRE CHAT. Il mangera moins.

Les chiens, eux, sont d'horribles gourmands pour la plupart.
Ça nous arrange bien pour faciliter leur éducation !
Et c'est agréable de leur faire plaisir en leur donnant un petit bout de fromage à la fin du repas.
Vous verriez la tête de ma boulette... Elle sait y faire !
Il n'a pas fallu longtemps à ce régime pour que la belle commence gentiment à s'empâter !
Si les grignotages ne nous profitent pas, il en va de même pour nos amis à 4 pattes
(oui tout les roudoudous rondouillards que j'ai vu en stage m'ont fait réfléchir !)

Ce qu'il est important de retenir, c'est que, comme pour nous, les excès alimentaires
peuvent avoir des conséquences désastreuses sur la santé de nos animaux.
Maladies dermatologiques, trouble du comportement, obésité, diabète...
Nous n'avons pas l'exclusivité de ces maladies. Eux aussi peuvent en souffrir.

Comme chez les humains, à chaque stade de la vie de l'animal une alimentation
adaptée est nécessaire
. Autant dans son dosage que dans sa composition.
Chiot et chaton, animal adulte ou senior, femelle gestante...
Chacun à des besoins différents

Vous ne rendez pas service à votre animal en lui donnant plus qu'il ne faut.
Vous ne lui faites pas de mal non plus s'il n'a pas droit à son bout de fromage en fin de repas.
Ce ne sont que de mauvaises habitudes.
Pour nous et pour eux.

Maintenant que nous avons pris bien conscience de cela et que nous ne suralimentons plus nos chères boules de poils (et nous même),
penchons nous d'un peu plus près sur la composition de leurs aliments.

C'est devenu un acte naturel aujourd'hui, on commence de plus en plus
à lire les étiquettes de nos produits de consommation.
Alimentation ou cosmétique, les médias ne manquent jamais de nous effrayer avec leurs gros titres
en nous annonçant que le produit miracle dont ils nous ont tant vanté les mérites
pendant des années est finalement dangereux pour notre santé...

Alors maintenant on surveille...
Pas de paraben dans nos cosmétiques, pas d'huile de palme dans notre alimentation etc.
S'il devient sérieusement compliqué pour le consommateur moyen de s'y retrouver,
quelque part c'est une bonne chose, je pense que ça nous à tout de même aidé à prendre
conscience qu'il était important de regarder avec attention le contenu de ce que l'on consomme.
Mais aussi qu'il ne fallait pas croire tout ce qu'on raconte dans les médias et se méfier des étiquettes ^^

Et avec tout ça, le BIO, le naturel, le retour aux sources à fait doucement son trou.

Avez-vous déjà regardé l'étiquette de la nourriture de votre animal de compagnie ?
Vous êtes-vous déjà penché sur les méthodes de sa fabrication, les provenances des matières premières qui la compose ?
Pas forcément. Encore un truc qui fait peur en perspective allez-vous me dire.
Effectivement.
Peut-être alors que pour ça aussi il est temps de s'orienter autrement.
Le naturel. Le retour aux sources.


Et qui sait ... On arrivera peut-être même à faire "sourire" Elliot le grincheux ^^
Les bienfaits d'une nourriture naturelle sont nombreux et maintenant bien avérés.
Dans un prochain article je vous propose de voir tout ça en détail.
L'alimentation industrielle animale comment c'est fait et pourquoi et comment 
j'ai décidé d'épargner ça à mes animaux de compagnie !
Quels sont leur réels besoins nutritionnels. 


Mais surtout le passage au BARF de mes monstres en détails
En attendant, dites moi ? Vous en êtes où vous avec tout ça ?
Comment nourrissez-vous vos animaux ?

mardi 13 septembre 2016

La protection de ressource chez le chien

Il n'est pas rare que les chiens développent un comportement d'agressivité
communément appelé "protection de ressource".
Ce comportement peut être orienté vers tout et n'importe quoi, mais en général il concerne principalement un jouet (balle, bâton...), une place dans la maison (fauteuil, lit...), son maître
(lors de câlins à un autre chien voire même à un humain) ou très souvent bien sur, la nourriture.

Ce comportement est souvent renforcé par un manque d'éducation ou de socialisation,
mais pas que ! Surtout dans le cas de la nourriture...
 Arrivé à l'âge adulte, il arrive souvent que le chien s'affirme et
devienne moins conciliant avec les copains qui essaient de lui piquer son bout de gras !
Des changements dans leur environnement peuvent aussi générer ce genre de soucis.
Je le constate bien avec Avril (2,5 ans) depuis l'arrivée du petit dernier.

Avril n'aime plus trop partager ses friandises avec d'autres chiens que ses "petits frères" !
L'animal se sentant menacé à l'approche d'un congénère ou même, et c'est encore plus problématique et dangereux, d'un humain, grogne
pour signifier qu'il ne veut pas qu'on touche à SA ressource.
L'escalade sur cette thématique glissante pouvant être rapide, on est souvent pas loin, si le problème n'est pas rapidement pris en charge, du passage direct à la morsure.

Ce comportement naturel et instinctif vise théoriquement à assurer la survie de l'animal, mais bien sûr, pour nos chères boules de poils domestiques, il n'a pas lieu d'être.
Il est donc important d'apprendre au plus tôt au chiot, qu'aucune menace ne pèse sur lui, qu'il n'a aucune ressource à protéger et que votre présence ou celle de ses congénères n'est pas un danger.
Il vous appartient de lui enseigner rapidement un comportement acceptable dans cette situation.

Sachez que de manière générale, il faut éviter de punir un chien parce qu'il grogne.
Ce mode de communication est indispensable.
Le gronder risquerait au mieux de lui faire tout simplement sauter l'étape du grognement
et passer directement à la morsure.
Par ailleurs, Ignorer le problème c'est prendre le risque de le laisser s'aggraver ou pire
de passer à l'étape supérieure à savoir... La morsure !

Au taquet, on attend le signal pour dévorer la gamelle !
Si à l'extérieur le soucis peut s'avérer difficile à gérer, il est indispensable,
qu'à la maison votre gestion de cette situation soit parfaite.
En effet, comme pour à peu près tout les points en éducation canine (rappel, refus d'appât...)
mieux votre chien se comportera à la maison dans un environnement connu et sécurisé, mieux vous parviendrez à le contrôler en extérieur.

Il faut savoir qu'un problème de comportement chez un chien,
s'il n'est pas résolu, ne va pas se régler tout seul mais risque au contraire
dans la majorité des cas de s'aggraver (oui je me répète !).
N'attendez donc surtout pas que ça "passe avec l'âge".
Si votre chien est déjà adulte, qu'importe, ce sera sans doute plus long que pour un chiot
mais il pourra tout à fait être rééduquer sur ce point.

Nous, on aime trop les friandises !
Apprenez très tôt à votre chiot que la main de l'humain est source de plaisir,
même quand elle vient tourner autour de sa gamelle ou de toute autre ressource.
S'il grogne à votre approche, la petite astuce consiste à toujours venir
ajouter quelques croquettes (ou une friandise plus appétissante encore)
 dans sa gamelle à chaque fois que vous y mettez la main.

Avec un chien adulte, prenez plus de précautions, si vous pensez qu'il peut mordre
faites vous encadrer d'un professionnel.

Quand Arrow prête de l'attention à ma main dans sa gamelle, c'est pour me faire une léchouille !
Caressez votre animal pendant ses repas, donnez-lui son met préféré à la main,
manipulez le régulièrement et en douceur.
Il est important que vous puissiez retirer un objet de la gueule
de votre chien sans vous faire mordre.
Que ce soit un jouet, de la nourriture ou autre.
Sa sécurité peut-être en jeu s'il essaie d'avaler un objet dangereux.
(et la votre quand il ne voudra plus vous le rendre !)
Vous devez le travailler dès son plus jeune âge sur ce point également.
En général avec les chiots c'est facile, ils sont toujours en train
d'essayer d'avaler tout ce qui passe
(du mégot aux détritus en papier en passant par ce qu'il y a de pire...)
on ne manque donc pas d'exercices pratiques !

Marcus est accro, il n'aime pas lâcher ! Mais il n'a pas le choix pour que le jeu continue !
Lors des séances de jeux, apprenez à votre chien à vous rendre
ce qu'il a en gueule (la balle, le bâton...).
S'il refuse vous devriez pouvoir y parvenir en troquant.
Tu me donne la balle et en échange, hop tu as une friandise, ou un jouet plus sympa encore !
Assez vite il devrait moins rechigner à vous rendre les choses.

Si vous avez plusieurs chiens multipliez les exercices de refus d'appâts, apprenez leur à manger
proches les uns des autres et surtout veillez à ce qu'aucun ne vienne piquer la nourriture de l'autre.
C'est à vous de veillez au grain si vous ne voulez pas qu'ils aient à le faire eux même !

"Maman" a dit qu'on devait attendre avant de pouvoir grignoter l'os, tout les deux ensembles
Surtout soyez intransigeant et ne laisser aucun signe d'agressivité passer.
Ne laisser pas les mauvaises habitudes s'installer.
Veillez aussi à éviter les situations conflictuelles.
Si vous travaillez un chien et le récompensez avec des friandises, n'oubliez pas
de féliciter les autres juste parce qu’ils sont restés sages à attendre et à regarder
(ben oui ! c'est déjà un exercice !)

La situation la plus compliquée à mes yeux
est le conflit autour de la nourriture en extérieur, avec des chiens étrangers au cercle familial.
Soyez particulièrement vigilant dans ces circonstances.
A ce moment là les instincts reprennent facilement le dessus !
Encore une fois un chien bien éduqué ira moins facilement
jusqu'à la morsure, même s'il signifiera clairement aux congénères
qu'il ne partage pas ses "proies".

Le meilleur conseil global que je puisse vous donner c'est de
travailler le plus régulièrement possible avec votre chien
et de toujours le faire à travers le jeu !

Mes 3 loulous s'entendent très bien, mais dans les situations "à risque" je garde toujours un oeil sur eux
Chaque chien est différent et à une façon bien à lui de réagir...
La protection de ressource pouvant être lourde de conséquences il est important
de trouver la méthode adaptée à chacun pour enrayer le problème.
Impossible ici de faire une liste exhaustive de tout les cas et solutions.

Si vous vous sentez dépassé et que vous avez besoin de conseils personnalisés
n'hésitez pas à me contacter.

mardi 30 août 2016

De jolies cartes postales pour les amoureux des chiens


Mon envie de créer n'étant jamais très loin,
je n'ai pas résisté à l'envie de concocter quelques petits produits #ILoveMyDog !

Avec ma chère amie Audrey de Asaline,
nous avons travaillé plusieurs semaines à la réalisation de jolies cartes postales
pour les amoureux des chiens.

Toutes les races de chiens n'ont bien sûr pas été dessinées mais
vous y retrouverez le Berger Allemand et le Bouledogue Français
inspirés par mes boulettes d'amour...



Car sans nul doute, nos chers petits compagnons
rendent chaque chose et chaque instant meilleurs
(Berger Allemand - You make everything better - Ref. C1)



Attention  ils sont tous trop mignons !
Vous risquez de craquer ...
(Bouledogue Français - Beware of dog, He's so lovely - Ref. C2)

Trois autres races de chiens au physique singulier
illustrant bien les messages que je souhaitais faire passer
font parties de la collection.



Le Cane Corso, le Teckel et le Dalmatien.
Ces chiens dont la force n'a d'égal que la douceur
qui mettent toujours toute leur énergie à nous faire plaisir...
Je crois que cela méritait un petit hommage.
(Cane Corso - As sweet as strong - Ref. C3)


J'espère qu'elles vous plairont, même si votre loulou n'est pas représenté,
et que les mots qu'elles portent vous feront écho...

En tout cas on vous invite à garder le sourire quoi qu'il arrive
La vie est trop courte pour se prendre la tête !
(Teckel - Keep calm and smile - Ref. C4)


Et puis surtout soyez sérieux, mais pas trop non plus !
(Dalmatien - Be serious but not too much ! - Ref. C5)

Les cartes sont disponibles dans le shop du blog (clic)
ou au détour d'une balade pour ceux que j'ai le plaisir de croiser !

dimanche 21 août 2016

Bouledogue Français VS Carlin

Ces deux petits brachycéphales (comprenez gueules aplaties)
sont souvent confondus !
Et pourtant... S'ils ont d'indéniables points communs,
ils sont quand même fortement différents !

Marcus - 3 semaines
Tout deux sont de type molossoïde, assez bruyant de la truffe,
(Et oui ! Ça ronfle, ça fait le cochon, ça pète, ça vie ces chiens là !)
 au poil ras, et de petit gabarit.

Le "Bouli", comme on aime à appeler le Bouledogue Français,
pour une taille sensiblement identique sera juste beaucoup plus lourd
En moyenne 6 à 8 kg pour le Carlin  VS 7 à 14kg pour le Bouledogue.

Le Bouledogue Français (cette petite patate compacte)
possède en général de grandes oreilles bien dressées
(en mode parabole),
et une queue très courtes, voire quasi inexistante,

Marcus 9 mois

Bien qu'il ai été créé en France, il tire son origine de croisements
entre bouledogues anglais et terrier.


 Pour ce qui est du Carlin...
Je vous présente au passage les copains de balades de mes loulous

Hadès et Milo


Vous noterez déjà de belles différences coté morphologie.
Les Carlins ou "pugs" ont généralement la queue plus longue
(voir une queue tout court ah ah) un peu en tire bouchon.
Ils ont les oreilles tombantes, les yeux plus écartés et légèrement plus globuleux.

Ces chiens venus de Chine, sont des chiens utilisés depuis toujours
comme chien d'agrément et de compagnie.
Ils ont un tempérament doux, dénué de toute agressivité.

Hadès
Le Bouledogue lui, a un caractère un peu plus trempé...

"Hargneux comme un bouledogue" dit-on...
On a même donné son nom à un requin particulièrement agressif
le Requin Bouledogue ...
Surement à cause de son physique trapu et sa gueule carrée ^^
Marcus chien... Très très méchant !
Vous en pensez quoi ?
Il a l'air méchant mon bouli hein ?!
S'il est vrai qu'il nécessite une éducation ferme
qu'il est très téméraire et vigoureux
cela reste tout de même une boule d'amour.

Sachez que contrairement au Carlin c'est un excellent gardien.

Hadès, adorable petite grenouille
Les deux en tout cas sont de vrais pots de colle
qui vous suivront partout.

Très joueurs et facétieux, ils s'entendent en général bien avec leurs congénères,
adorents les enfants et sont des chiens de familles parfaits.
Ce sont de vraies bouilles à câlins ils ne s'en lassent
jamais ! Les papouilles c'est leur seconde passion
Après la nourriture ! Les deux sont d’irréversibles gourmands.

Ca peut d'ailleurs être un soucis...
Ils ont la fâcheuse tendance à manger tout ce qu'ils trouvent
Et ce n'est pas toujours comestible !

Milo la canaille
Un tel physique n'est malheureusement pas sans générer de soucis.
S'il semble que les Carlins soient un peu plus fragiles que les Bouledogues,
les deux ont les mêmes types de problèmes.

Ils supportent mal la chaleur, leur face écrasée
leur cause évidemment des difficultés respiratoires.
Ils sont aussi plus sensibles au froid.
Enfin... Pas Marcus !

Marcus, chien des neiges
Il faut faire très attention à leur yeux fragiles,
et éventuellement à leurs plis de peau.

Les grossesses des femelles sont à surveiller de près et
les césariennes ne sont pas rares.
Les anesthésies sont risquées. Toujours pour la même raison.

Les Carlins sont sujets aux syncopes du fait de leurs difficultés à respirer
(oui encore)
et les Bouledogues peuvent souffrir de problèmes cardiaques et de dysplasie.
(On évitera les sauts et les escaliers. Difficile avec ces chiens qui restent assez sportifs)

Il est donc très important de bien choisir votre élevage,
et de suivre les conseils de prévention liés à la race.


On les adore ou on les déteste 
En tout cas, ils ne laissent personne indifférent !
Moi je m'éclate avec ma patate depuis un un peu plus d'an déjà
❤️

Et vous, vous êtes plutôt Bouledogues ou Carlins ?

vendredi 12 août 2016

Arrow, Berger Belge Malinois

Depuis un moment déjà je voulais un 3ème chien.

Je savais que ce serait un berger, mais j'avais du mal à me décider...
Berger Allemand, Berger Belge... Autre chose ?
Chacune des races qui m'attirent a des qualités et des défauts
et elle ne se choisit pas à la légère.


Mais le destin m'a rendu service et a décidé pour moi.
Il a mis sur a route cette petite boule de poils atypique
et bien sûr j'ai craqué dans la seconde.

Arrow est un Berger Belge Malinois... Noir.
Ce n'est pas commun. Et c'est bien ce qui me plait !

Les parents de Arrow
Ses parents sont des Malinois "classiques".
On ne sait pas trop ce qui est passé dans la tête de mère nature
Mais on s'en réjoui.
On verra s'il conservera sa jolie robe une fois adulte.

Bien sûr la couleur de Arrow lui interdit une inscription au LOF
Mais personnellement ça m'est égal.



Sorti de là, il a bien toutes les caractéristiques du Malinois.

Il est très vif et intelligent. Plutôt speed.
Et... Il adore mordre !
Une vraie petite canaille.
Il est très câlin et très joueur et déjà bon gardien.


Aujourd'hui ce petit filou fête ses trois mois.
On commence à bien se connaitre et c'est un petit loup
très prometteur et vraiment adorable.

Dès le premier jour, Arrow et Marcus ont été inséparables
Il s'entend à merveille avec les autres membres de la petite meute familiale.
Comme sa "soeur" d'adoption Avril, il va demander un gros travail
d'éducation mais je pense qu'on va bien s'amuser lui et moi.

Ma jolie petite famille <3
Bref la famille s'agrandit et on en est ravis !
Au fait je me rend compte que je n'ai jamais fait d'article de présentation sur
Avril.
Il va falloir remédier à cela très vite !

samedi 30 juillet 2016

Éduquer son chiot, par quoi commencer ?

L'éducation de votre chiot à commencé dès sa naissance avec sa mère,
et se prolongera idéalement jusqu'à ses 2/3 mois.
Ce délai est primordial à son bon développement et son apprentissage des codes canins.
L'humain prend ensuite normalement le relais avec la socialisation
(rencontre avec d'autres animaux, des enfants, découverte de différents bruits et différents lieux...)
et les débuts d'apprentissage de son nom, de la propreté etc
Si vous prenez votre chiot dans un élevage sérieux, l'éleveur aura normalement
bien démarrer ces apprentissages et vous indiquera la marche à suivre
pour continuer.

Une fois arrivé à la maison, c'est maintenant à vous,
de renforcer tout ça et de lui apprendre les règles de base de son nouveau cocon familial.

Avril 2 mois
La propreté :
Vous allez devoir apprendre à votre chiot à ne pas faire ses besoins dans la maison !
La tâche est plus ou moins facile en fonction des chiots, de leur race
 et aussi des premières bases d'éducation qu'ils ont reçu.
Avec ma chienne Avril, je n'ai eu aucun soucis.
Elle était propre dès son arrivée à la maison et je n'ai eu en tout et pour tout que
2/3 accidents à déplorer sur mon parquet.

Mais certains chiots ont besoin de plus de temps et il n'est pas rare d'en voir certains avoir des accidents jusqu'à leur 5/6 mois. Surtout la nuit.

Certaines races, comme les chiens loups peuvent même tarder jusqu'à leur 18/24 mois...
Marcus à été propre plus tard qu'Avril...
Je dirais plus aucun accident vers ses 4 mois de mémoire.

Marcus 2 mois
Quoi qu'il en soit, c'est NORMAL.
Chaque chien va à son rythme.
(Je pense pouvoir affirmer qu'on a pas tous appris à marcher au même âge)

Ne grondez pas votre animal. 
N'oubliez pas que ce sont des bébés qui physiquement ne peuvent pas forcément se retenir.
Qu'ils le veuillent ou non !
Soyez patient et récompensez le dès qu'il fait ses besoins dehors.
Plus votre réaction sera positive et encourageante, plus ça ira vite !
Si vous le surprenez à faire ses besoins dedans,
un "NON" ferme suffit.
Soulevez le, il arrêtera instantanément et sortez le immédiatement
pour qu'il finisse dehors

Avril et Marcus une belle amitié !
Les règles de la maison :

 - Ne pas monter sur le canapé
 - Ne pas aller dans les chambres
 - Ne pas quémander à table
...

A vous de voir ce que vous souhaitez qu'il fasse ou pas.
Je ne fais pas partie des gens qui pensent qu'un chien sur le canapé
 doit être considéré comme une catastrophe internationale...
Tout est une question de gestion et de contrôle.

Toutefois certaines règles devraient elles, être communes à tous !
Par exemple...
 - Ne pas sauter sur les gens
 - Ne pas mordiller les mains quand il joue...

Arrow sort les crocs !
Autant de chose que vous inculquerez avec amour et patience à votre petit loulou.
Soyez cohérent, pour que votre chien comprenne les règles,
il ne faut pas que ce soit un jour oui un jour non.
Vous pouvez laisser votre chien dormir avec vous (chez moi c'est au pied du lit)
ce n'est pas un problème, mais si vous le lui interdisez, faites en sorte que ce soit permanent
(oui même le dimanche !)

Avril 3 mois
Si vous voulez profiter de votre chien sur le lit ou le canapé de temps en temps,
donnez lui un repère compréhensible pour qu'il sache quand il peut ou non.
Lui autoriser l'accès quand les draps sont sales ou le dimanche
n'est pas du tout envisageable ! Il ne comprendrait pas.
Chez nous le canapé est autorisé uniquement quand je mets la couverture. 

Son nom et le rappel :
Il est très important que votre chien revienne quand vous l'appelez.
Cela vous permettra de le lâcher sans crainte dans les lieux sécurisés mais cela pourra également vous être indispensable en cas d'incident.

Pour que ce soit efficace rapidement, envisagez un nom court et facilement compréhensible. 
Appelez le régulièrement d'une voix enjouée
 (mais pas toute les 5 mn non plus, il va s'agacer) 
et récompensez le généreusement à  chaque fois qu'il vient.

Cela va sans aucun doute l'encourager à revenir vers vous dès que vous l'appelez.

Marcus prend la pose en forêt
"Assis", "couché" ... :
Apprendre à son chien à s'asseoir et à se coucher est assez important
pour l'habituer à se "poser" et à rester calme.
Toutefois cela reste assez naturel chez le chien et donc il vous sera assez facile de lui apprendre.
N'appuyer pas sur ses fesses pour le forcer à s'asseoir.
Toute action doit être réalisée par le chiot lui même.
Face à vous il se mettra facilement assis.
Dès qu'il le fera, félicitez le abondamment en lui répétant
le mot choisis (Assis) et hop friandise, câlin ou jouet. Il fera vite le rapprochement.
Pareil pour le "coucher".

Avril 2/3 mois

Au début, n'en faites pas trop ! 
Inutile de vouloir faire de votre chiot un chien de cirque dès les premières semaines.

Chaque chien apprend à son rythme, et s'il a besoin de temps, 
autant ne pas le noyer directement sous les informations.

Les séances d'apprentissage doivent être courtes et régulières et surtout 
chaleureusement récompensées !

Et surtout pensez bien que si les mots choisis n'ont pas d'importance pour le chien
CHOUCROUTE pourra tout à fait signifier ASSIS si vous le souhaitez...
Utiliser des mots communs facilitera les choses.
Cela permettra à toute la famille (et aux éventuelles nounous) d'interagir facilement
avec votre chien.
De plus si vous devez commencer à réfléchir au mot que vous avez choisi à chaque fois
votre éducation ne sera pas efficace !
Choisissez les mots qui vous viennent naturellement

Arrow 2 mois
La dernière chose très importante à apprendre à votre chiot
dès son arrivée à la maison est
LA SOLITUDE
Votre chien doit pouvoir rester seul quelques heures
sans pleurer, paniquer ou aboyer tout du long.

Pour cela, allez-y en douceur. Ne le laisser pas seul très longtemps au début.
Quelques minutes suffisent. Puis augmentez progressivement.
Quand il comprendra que vous revenez à chaque fois il restera calme.

Personnellement je ne laisse pas mes chiots seuls les premières nuits
comme on le voit si souvent conseillé.
Ils dorment près de moi, dans leur caisse ou leur panier.
Au bout de quelques nuits, bien habitués à leur nouvel environnement
ils n'ont aucun mal à être isolés.

Arrow 2 mois
Vous l'avez sans doute remarqué, une nouvelle petite boule de poils
s'est glissé dans les photos de cet article !
Le petit Arrow à rejoint la famille depuis peu et fait notre bonheur à la maison.
Un petit article pour vous le présenter officiellement
ne va pas tarder à arriver !


Si vous avez besoin de conseils personnalisés ou
que vous ne vous sentez pas de faire ces premiers pas en éducation seul

lundi 25 janvier 2016

Une journée avec un intervenant en médiation animale

J'ai eu la chance d'accompagner Maud,  lors de l'une de
ses séances de médiation animale, à la Grande Maison FAM MAS de Ballan Miré (37)
auprès de personnes atteintes de sclérose en plaque, et j'aimerais vous parler de ce fabuleux métier.
J'avais déjà participé à plusieurs séances avec Aurélie de chez Eduka'chien à Nantes.

Cette fois, Marcus était de la partie
et nous avons passé une journée vraiment enrichissante !


La médiation animale ? Mais qu'est-ce que c'est ?
Et bien comme l'explique si bien Maud sur son site internet,
ce sont des activités thérapeutiques, pédagogiques et récréatives assistées par l'animal.
Le but ? Solliciter les capacités physiques, cognitives, affectives et sociales de l'individu.


Mais je vous laisse suivre l'interview de Maud pour plus de détails

Bonjour Maud, depuis combien de temps travailles-tu en médiation animale ?
Bonjour, cela fait maintenant 3 ans que je pratique la médiation animale.


Quelle est ta formation ?
J’ai tout d’abord suivi un cursus de Psychologie jusqu’à obtenir une maîtrise, puis je me suis formée en médiation animale auprès de l’institut AGATEA. 

J’ai aussi acquis le certificat de capacité pour animaux domestiques (afin de mieux connaître leurs différentes caractéristiques et de pouvoir les présenter à divers publics) ainsi qu’une formation complémentaire de premiers secours canin.



Auprès de quel public interviens-tu ?
J’interviens auprès de tout public en situation de fragilité ou de handicap, de l’enfant à l’adulte âgé, avec ou sans handicap. En trois ans, j’ai pu intervenir auprès de structures spécialisées dans le polyhandicap, auprès de personnes atteintes de handicaps moteurs, psychiques, de personnes atteintes d’autisme, dans des unités protégées, des MAS, FAM, EHPAD, des structures sociales...


J'ai pu voir que tu avais de nombreux animaux avec toi.
Ton chien Billie bien sûr mais aussi beaucoup de rongeurs !
Ce n'est pas commun on a souvent l'habitude de voir des chiens, des chevaux...
Pourquoi ce choix ?
Déjà, je trouvais que pour commencer, des animaux de petits gabarits étaient le plus simple à élever et à transporter d’une structure à une autre. Par la suite, je souhaite m’entourer d’autres animaux tels que des poules, des chèvres, des chevaux, des ânes, mais chaque chose en son temps.

J’ai pu aussi constater, que quand on intervenait avec un ou deux animaux auprès d’un groupe, tous ne peuvent pas caresser l’animal, et l’on observe alors souvent de la frustration, c’est donc pour éviter cela que j’ai choisi d’intervenir avec un certain nombre d’animaux. Comme ça, chaque personne du groupe, si elle le souhaite, peut être en contact avec un animal tout au long de la séance.

Ensuite, la variété de mes animaux (chien, chinchillas, lapins, cochons d’inde, hamster..), permet aux participants de pouvoir partager un bon moment avec l’animal avec lequel ils ont le plus d’affinité, et peuvent aussi choisir à tout moment un autre animal en fonction des activités qu’ils souhaitent faire. Je joue aussi sur les différentes textures de poils, les différents gabarits et comportements afin d’enrichir les stimulations sensorielles.

Enfin, cette variété permet aussi animaux de faire une petite pause durant la séance s’ils en ressentent le besoin.

Pour ma part, je trouve que toutes ces conditions réunies sont la clé d’un bon accompagnement.



Tous les animaux peuvent-ils être utiles en médiation animale ?
Je pense que beaucoup d’animaux peuvent effectivement être de bons partenaires, à partir du moment où ils y ont été préparés et que l’on respecte leur mode de vie et leurs limites.


Quels genres de pathologies peux-t-on soigner avec les animaux ?
Je tiens à préciser que l’animal n’est pas un soin. On propose la mise en place de séances avec des animaux afin d’apporter une approche complémentaire aux suivis déjà mis en place auprès de personnes dans le besoin. De ce fait, et c’est ce que je trouve vraiment bien avec les animaux, c’est qu’ils peuvent vraiment accompagner tous les publics. L’animal, rien que par sa présence déclenche des sentiments, des réactions et peut apporter, par sa neutralité, une bienveillance appréciable par les bénéficiaires.



Lors de mes différentes participations à des séances, j'ai pu constater que les bienfaits
et bénéfices de la présence des animaux étaient immédiats.
C'est assez magique !
Comment peux-t-on expliquer ça ?
Comme je le disais précédemment, l’animal, rien que par sa présence est vecteur d’émotions. L’animal est neutre et ne juge pas les particularités de chacun.

De plus, ils sont souvent source de motivation pour les gens, ils ont souvent tendance à rappeler des souvenirs, idéal pour des personnes atteintes de démences ou de troubles de la mémoire, ils facilitent la réalisation de mouvements (les caresser, leur donner à manger, jouer avec le chien), ils favorisent les contacts sociaux, la communication, ils éveillent les sens (bruits, odeurs, toucher,..) et tellement d’autres choses encore !



Depuis combien de temps les animaux sont-ils utilisés pour aider à soigner les gens ?
J’ai envie de dire que les animaux nous accompagnent depuis toujours !
L’animal a toujours fait parti de nos vies et très tôt, on a pu remarquer les bienfaits que leur présence procurait aux personnes.


Quels conseils pourrais-tu donner à une personne qui souhaiterait, comme toi devenir médiateur ?
Tout d’abord, apprécier la compagnie les gens, toujours se présenter d’égal à égal, et être le plus bienveillant possible. 
Ensuite, aimer les animaux et être à leur écoute.
Il faut aussi être capable de se remettre en question et de se renseigner sur l’évolution des pratiques de la médiation animale et essayer de s’entourer d’autres professionnels du même domaine déjà, mais aussi de tout autre professionnel pouvant nous aiguiller positivement dans notre démarche. 
Et surtout, ne pas se lancer sur un coup de tête, prendre le temps de bien choisir sa formation (indispensable avant de commencer quoi que ce soit), puis bien choisir et bien connaitre ses animaux, prendre le temps de les sélectionner, de les manipuler et en prendre soin. 
Un animal mal dans sa peau ne pourra pas être un bon partenaire. 


Merci Maud d'avoir pris le temps de répondre à mes questions


Vous l'aurez compris, la médiation animale, parfois appelée zoothérapie
est une véritable bénédiction et elle a fait ses preuves depuis longtemps !
C'est une activité sérieuse, qui nécessite une formation professionnelle
mais également un entrainement rigoureux des animaux utilisés
pour être pratiquée sans risques.


Je tiens à remercier chaleureusement Maud de nous avoir permis d'assister
et de participer à cette séance. Marcus a encore une fois été au top !
Je crois que ce petit chien est fait pour ça.


Un grand merci à l'équipe médicale et surtout aux patients
qui ont été fabuleux. Leur amour des animaux et leur joie à leur contact est
tout simplement extraordinaire.

Si vous souhaitez avoir plus d'informations sur les prestations de Maud,
n'hésitez pas à faire un tour sur son site internet
AMAEL
 C'est une personne vraiment adorable et qualifiée
que l'équipe #ILoveMyDog (oui Marcus et moi quoi !)
a été vraiment ravie de rencontrer.


Et si vous aussi vous rêver de devenir Intervenant en Médiation Animale
rendez-vous sur le site AGATEA
pour tout les détails de la formation.